Les Millennials : sont-ils les sauveurs des commerces traditionnels ? (partie 3)

Le devenir des commerces traditionnels est régulièrement au cœur de l’actualité : internet serait LA menace, leur fléau.

Pourtant, bien que née avec le digital, les Millennials aime le shopping classique ; cette génération sait apprécier les magasins et de préférence les commerces indépendants.
Et si cette next génération était une chance, voire LA chance, pour le commerce de proximité.

Le Pacte National de Revitalisation et le plan Action Cœur de Ville s’attaquent à la crise qui frappe les centres villes et par là même, les commerces indépendants.
S’il y a bien un phénomène à prendre en compte pour éradiquer ce problème c’est l’attachement qu’ont les Millennials envers les petits commerces. On pourrait même dire qu’ils sont une chance inespérée de faire revivre les cœurs de ville.
En effet, 90% de leurs achats sont effectués dans des commerces physiques, même s’ils font leurs recherches en amont sur internet.

Numériques et physiques : le duo gagnant

Si les commerçants comprennent et saisissent la chance que représentent pour eux les Millennials, ils auront tout gagné !
Ces « Digital Natives » bien qu’habitués à aller toujours plus vite, n’en restent pas moins attachés à quelques fondamentaux : le savoir-faire, le qualitatif, l’authenticité et par-dessus tout, le côté humain.
Il est important de prendre en compte qu’1 européen sur 3 a déjà questionné on line un magasin, et que plus de la moitié des Millennials européens sont des followers assidus des réseaux sociaux des magasins.

Mais pour fidéliser cette clientèle, quelques règles sont à suivre :
– créer de nouveaux services numériques personnalisés pour leur donner toujours plus envie d’aller dans les magasins,
– avoir une cohérence d’informations entre les sites web des magasins et celles fournies en magasin (80% le réclament),
– être présent sur le web et les réseaux sociaux : 1 commerçant indépendant sur 2 n’est pas sur internet !

La singularité doit être de mise

Dans son étude « I like shopping ! Millennials et magasins : la fracture est loin d’être consommée », l’Observatoire Cetelem de la consommation dresse le portrait de ces consommateurs :
– ils vont en priorité dans de jolis magasins qui savent se démarquer,
– à 80%, ils « attendent des magasins qu’ils proposent des produits que l’on ne trouve pas ailleurs »,
– 72% d’entre eux craignent « d’avoir moins le choix, avec toujours les mêmes enseignes qui leur proposeraient toujours les mêmes produits ».

Fan de boutiques !

Cette étude fait également ressortir le fait que cette frange de la population aime les magasins de proximité :
– 70% de leurs achats sont faits en boutique,
– 57% des Millennials européens interrogés considèrent le shopping comme un plaisir,
– seulement 6% achètent leurs vêtements/chaussures sur le web,
– les Millennials réfléchissent leurs achats : ils préfèrent moins acheter, mais mieux,
– acheter d’occasion rentre dans leurs normes ; les boutiques vintage fleurissent.

On l’aura compris : les commerçants de proximité ont une réelle carte à jouer en prenant en compte ce qu’attendent les Millennials, car ils sont non seulement une clientèle d’avenir, mais surtout ceux qui vont leur permettre de continuer d’exister en ayant une réelle valeur ajoutée.