NFT, 3 lettres venues de l’investissement immobilier virtuel

NFT, cette nouvelle crypto-forme affole la sphère des spéculateurs, mais pas uniquement eux.
Cofordis décrypte cette fonctionnalité qui permettrait de gagner gros sur plusieurs plans.

NFT ?

Revenons aux sources …

Parce qu’il n’était pas suivi dans ses propositions, Vitalik Buterin, informaticien et « crypto-philanthrope » russe résidant à Singapour, quitte l’Université de Waterloo en 2015, crée Bitcoin Magazine, et la blockchain Euthereum, base des NFT : il a 21 ans.

Les premières transactions en NFT se font dès 2015 : Etheria, premier monde virtuel décentralisé et crypto-immobilier, met des parcelles de terrains virtuelles en vente. Bingo ! La vague des NFT est lancée et prend une telle ampleur que les NFT prolifèrent pour aboutir à la phénoménale vente de l’artiste digital Mike Winkelmann, alias Beeple : 70 millions de dollars en crypto monnaies !

Non Fungible Token

NFT : derrière ces 3 lettres se cache un Non Fungible Token ou Jeton Non Échangeable en français. Applicable à différents domaines (art numérique, sport, jeux vidéo, musique, noms de domaine, avatars, GIFs tweets …), cette unité de données démontre qu’un article est bien authentique, unique (ou plus rarement, avec un nombre prédéterminé de versions), et que son propriétaire est bien le bon, le seul. C’est, en somme, un titre de propriété numérique, indissociable, ultra sécurisé, indestructible, qui s’appuie sur la technologie de la blockchain.

Si les NFT peuvent être collectionnés, vendus, achetés aux enchères ou de manière traditionnelle, ils ne peuvent, contrairement aux crypto-monnaies, servir de moyen de paiement, ni être échangés ou dupliqués.

Pour bien comprendre la différence entre fongible et non fongible, voici un exemple : un billet de 10 euros peut s’échanger contre 2 billets de 5€ (même valeur), alors qu’une œuvre d’art, même si elle est dupliquée, est non fongible : il n’y aura toujours qu’un seul original.

Le but des NFT ?

Les NFT déclarent le champ des possibles ouvert !

Vous l’aurez compris, les NFT sont avant tout une signature numérique attestant de l’authenticité et de la propriété.
Son utilisation peut être ludique (collectionner des chats numériques uniques avec la série Cryptokitties, acheter des vêtements pour des jeux vidéo …), farfelue (2,9 millions de dollars pour un tweet du cofondateur de Twitter Jack Dorsey !, 208 000 dollars pour une vidéo de la NBA Top Shot (basket)), ou pragmatique : l’industrie du luxe utilise désormais les NFT pour lutter contre la contrefaçon.

Où acheter des NFT ?

Vous avez décidé d’acheter des NFT: différentes plateformes permettent les transactions, avec chacune leur spécialisation.
Les plus réputées sont OpenSea (la référence pour la capitalisation et les collectibles) et Rarible : vous avez juste à ouvrir un compte et vous de jouer.
Le gros avantage d’OpenSea (basé sur Ethereum) est que vous pouvez utiliser soit de la crypto-monnaie ou votre carte bancaire : c’est la seule plateforme à proposer cette alternative.
Mais l’accès à certains NFT est parfois restreint. Par exemple, vous ne trouverez les NFT de NBA TOP SHOT et Sorare (spécialisé dans le football) uniquement sur leurs propres sites. Malin ! Il apparaît évident que la technologie des NFT a de beaux jours devant elle, mais plus pour le commerce que l’investissement : les crypto-monnaies ont récemment chuté, mais après tout elles fonctionnent un peu comme des valeurs boursières …
Dans le prochain article, nous vous donnerons des exemples où les NFT tiennent un rôle intéressant dans l’acte d’achat et même dans la fidélisation des clients.