NFT : outil de fidélisation massive ?*

Généralement, NFT est associé à cette nouvelle forme d’art qui affole et intrigue.
Pourtant, les NFT pourraient s’avérer être un outil commercial à fort potentiel.
Cofordis a relevé des exemples qui donnent à réfléchir.

Les grandes enseignes aussi

Les retailers étant toujours en quête de nouveautés pour séduire leur clientèle, se pencher sur les cas de la blockchain, et donc des NFT, semblait logique : selon JP Morgan, le marché des NFT atteindrait 300 milliards de dollars en 2030.

Un tournant à ne pas rater

Ferdinand Tormachino – Directeur Digital Groupe Casino & Chief Digital Officer Monoprix, est convaincu par ce nouvel espace digital : «en comprenant le metavers et les NFT, le Web3 ouvre le champ des possibles et représente une nouvelle manière d’aborder les consommateurs».
Mais quels bénéfices en tirer ? «C’est une tendance non démocratisée, mais nous souhaitons la tester. On ne sait pas encore si les retailers y trouveront leur place, mais on va l’apprendre. L’avantage avec le digital, c’est qu’on peut être agile et s’engager sans gros investissement».

Mais F.Tormachino n’oublie pas le flop de Pokemon Go en 2016 : «il faut rester prudent car les tendances peuvent mourir vite».
Monoprix externalise donc le codage en Web3, mais n’exclue pas d’internaliser ces compétences pour une raison simple : «dans 10 à 20 ans, le taux d’adoption des crypto wallets et des NFT chez les jeunes aura explosé. Il ne faut pas laisser passer ce train culturel».

Nicolas Safis – Directeur Innovation Groupe Carrefour, penche également dans ce sens : «nous regardons le Web3 au global, ce qui inclut la réalité virtuelle, la blockchain, les NFT, les cryptomonnaies ou encore le metavers. Il y a une forte chance que cela remplace le Web2, et nous avons mis en place une vraie démarche d’innovations. L’innovation éprouve le potentiel du Web3, mais nous avons la volonté de former les équipes car le sujet va prendre de l’ampleur».

Carrefour à la sauvegarde des abeilles

L’enseigne a choisi un scénario plus pointu que les initiés pourront parfaitement comprendre : NFBees. Carrefour a donc ouvert la marche en investissant 300 000€ dans l’achat de 9 parcelles totalisant 82 000m² sur le metavers Sandbox : 2 seront dédiées aux 15 NFBees.
Concrètement, les utilisateurs de Sandbox pourront acheter des abeilles stylisées, sous forme d’œuvres numériques (informations disponibles sur Discord).
Chaque NFBees symbolise un légume ou un fruit pollinisé par des abeilles susceptible de disparaître des rayons des supermarchés.

BeeFund, association qui agit pour la préservation des abeilles, recevra les fonds collectés : « Ce partenariat s’inscrit dans les valeurs Act for Food de Carrefour » précise Nicolas Safis.

Monoprix mise sur les NFT

« Nous avons choisi de minter (1)  les NFT sur notre propre-plateforme et non sur une marketplace dédiée afin d’accompagner les acheteurs dans la démarche et de les rassurer quant à l’origine certifiée des NFT. Notre objectif principal est la démocratisation du Web3 pour nos clients » commente F.Tomarchino.
Monoprix propose à la vente deux collections « pensées pour refléter la dimension alimentaire et non-alimentaire », basée sur l’ethereum, blockchain la plus prisée.
La première collection est un gâteau virtuel réalisé par le chef pâtissier Yazid Ichemrahen, et la deuxième est composée d’œuvres digitales signées par le designer Vincent Darré.

(1)  minter = inscrire son œuvre digitale

Le Club Leader Price, laboratoire du NFT

Casino s’appuie sur le Club Leader Price pour fidéliser ses clients grâce au NFT. Les membres du club pourront ainsi profiter de promotions personnalisées et exclusives pour leurs achats en lignes.
Via un jeu immersif, les plus fidèles clients se verront offrir des figurines ludiques représentant les métiers les plus symboliques de la grande distribution : pâtissier, boulanger, charcutier …
Ces figurines seront téléchargeables sur l’application Leader Price Wallet, où les clients pourront stocker leurs NFT échangeables avec d’autres possesseurs.
Le Groupe Casino, déjà propriétaire de parcelles sur Sandbox, table sur ces expériences novatrices mêlant digital et physique, pour augmenter l’engagement des membres du club, mais également pour « anticiper les mutations de la société et les évolutions des habitudes de consommation afin de s’adapter aux besoins, notamment futurs, des clients, tout en créant de la valeur avec ces nouveaux actifs virtuels comme nous le faisons avec nos actifs réels », dixit Nicolas Joly – Directeur Général de Casino Immobilier.

L’étude Kantar publiée en décembre 2021, révèle qu’un tiers des consommateurs américains sont enclins à acheter les produits virtuels ou réels proposés par les marques au travers du metavers.

En France, il est encore trop tôt pour réellement quantifier les résultats obtenus en mass-market par les pionniers du metavers que sont Casino et Carrefour.
Néanmoins, les grandes enseignes n’ont pas l’intention de rester sur la touche si cette nouvelle tendance se pérennise ; les retailers pourront ainsi proposer une expérience client à double niveaux : l’utilisation des produits en virtuel et à la maison.
Une chose est sûre, le commerce est bel et bien entré dans le Web3 !*Les informations données dans cet article sont d’ordre général et n’engage en aucun cas Cofordis dans toute action que les lecteurs pourraient entreprendre.