Vivino : choisir un vin ne sera plus un casse-tête

Se décider pour un vêtement, un ordinateur, un paquet de gâteau …, les applis sont partout dans le parcours d’achat.
Et le vin n’y échappe plus. Avec Vivino, vous ne bloquerez plus devant le rayon vin de votre magasin, ou la carte du restaurant, en vous demandant quelle bouteille vous allez bien pouvoir prendre.
Cofordis vous explique comment cette application réconcilie vin et profane en œnologie, et même plus.

La 1ère appli communautaire dédiée au vin dans le monde

30 millions d’utilisateurs dans le monde (autant d’hommes que de femmes !), 1,3 millions en France, 110 000 millions de fans sur Facebook, 15 millions de références, 2 millions de vins consultés quotidiennement, 200 000 propriétés viticoles répertoriées ; cette appli collaborative américaine est aujourd’hui leader dans le domaine du vin.
D’abord source d’informations, Vivino a rapidement développé un réseau social très actif : « nous sommes le Trip Advisor du vin » proclame Paul Guillet – Country Manager France pour Vivino.
Si Vivino connait le succès, c’est que son utilisation est simple : vous scannez l’étiquette d’une bouteille avec votre smartphone et vous savez tout sur le produit : cépage, origine du raisin, terroir, prix et gros bonus, avis de consommateurs et note donnée à ce vin. « Vivino démontre que les dégustateurs anonymes ont eux aussi un palais. Sur un test de 5 000 échantillons, la moyenne des notes données par les utilisateurs se situaient à mi-chemin entre celles des grands critiques internationaux et celles du magazine américain spécialisé Wine Spectator » explique Heini  Zachariassen –PDG fondateur de Vivino.
L’utilisateur peut également se constituer une cave virtuelle en créant son « profil de dégustation » (option payante). Il peut enregistrer ses coups de cœur, découvrir chaque semaine de nouvelles bouteilles et profiter de commentaires d’experts.
Et si vous ne savez pas quel vin choisir pour accompagner un plat, Vivino vous évitera la faute de goût, en respectant votre budget et la note minimum que vous souhaitez que ce vin ait.

Vivino Market : la plus grande market place de vins

« Nous fonctionnons aujourd’hui tel un « Netflix du vin », en utilisant les profils de dégustation et les notes de notre communauté pour recommander des vins sur mesures qui correspondent aux attentes de chaque utilisateur » explique Heini Zachariassen.
La puissance de Vivino Market est sur 2 niveaux :
– 1) pour le consommateur : accords avec des producteurs, cavistes et négociants en vin (bordelais notamment), des revendeurs de différents pays,
– 2) pour le producteur : Vivino permet aux petits domaines de se faire connaître, chose qui prendrait plus de temps via des moyens les moyens classiques de référencement.
« Nous ne souhaitons pas révolutionner le monde du négoce » explique Pauil Guillet, « mais bien nous intégrer à cet écosystème ».
Avec la volonté affirmée de démocratiser l’achat de vin, Vivino sait que ne sera possible qu’en prenant en compte un critère essentiel du e-commerce : le délai de livraison : « ceux qui continuent de livrer en 3 semaines après la commande sont à mon avis dépassés » affirme Paul Guillet. Le modèle de Vivino ? Amazon bien-sûr et ses livraisons en 48 heures chrono ! C’est une vraie gageure pour Vivino qui est dépendante de la réactivité de ses sous-traitants. 

Le marché du vin est estimé à 20 milliards, dont 200 millions d’euros via internet. Il était donc tentant de s’approprier ce marché.
Les experts disent que la réussite et la multiplication d’expériences du « mobinaute » amènent à l’acte d’achat. Et Vivino « ubérise » différents métiers liés au vin : le sommelier, le critique et le caviste.  3 métiers en une seule appli !
Mais le parcours d’achat change jour après jour, et le vin n’y échappe pas. C’est comme cela que l’on voit apparaître des initiatives qui peuvent surprendre, comme la Cave Air France ; la compagnie aérienne a ouvert en mai dernier une boutique de vin en ligne permettant aux passagers de commander les vins servis au cours de ses vols.
Mais le point commun de tout cela est qu’on le veuille ou non, la force incontestée d’internet dans l’acte d’achat, et également pour les commerces de proximités.