Le magasin de demain sera connecté : c’est une certitude !

 

La digitalisation des points de vente n’est pas un but ultime. Même si l’objectif est de répondre au mieux aux attentes des clients, digitaliser son magasin n’est en fait qu’un moyen d’y parvenir. Si les entreprises semblent redécouvrir l’adage qui dit que « le client est roi », les commerces doivent montrer l’exemple en s’adaptant et en vivant pleinement leur mutation. Ainsi pourront-ils rester un trait d’union avantageux entre les produits et leurs cibles.

 

Un parcours omnicanal facilité.

En s’appuyant sur le modèle du e-commerce, le parcours d’achat s’en trouve simplifié. Grâce aux outils connectés, les vendeurs ont sous les yeux un panorama complet du client et de ses habitudes, on et off-line. Toute la panoplie du digital et du « connecté » s’offre désormais aux vendeurs : store to web, click & collect, paiement mobile (comme chez Quicksilver ou Orchestra), self check-out via une puce RFID déjà mis en place chez Nespresso et Décathlon.

 

 

 

 

 

Un parcours digitalisé.

Si 1/3 des consommateurs fait ses recherches avant d’aller en boutique, la digitalisation des commerces l’informera plus encore avant même d’entrer dans le magasin.

Courantes dans les pays anglo-saxons, les vitrines équipées d’écrans tactiles offrent aux clients la possibilité de découvrir les catalogues-produits. Une caméra fixée en haut de l’écran détermine même le sexe et l’âge du client et lui propose des produits pouvant lui correspondre. Une fois dans le magasin, le client s’identifie via l’appli de l’enseigne ou par des balises de géolocalisation Beacon. Son accueil est donc des plus personnalisé.

 

Un shopping divertissant.

Une visite en boutique ne sera plus que purement mercantile : elle sera également ludique. La sociale attitude amène les visiteurs à se prendre en photo avec les produits sur soi pour ensuite la diffuser sur ses propres réseaux sociaux ou ceux des marques et enseignes. Animations, jeux-concours sont proposés via les bornes interactives, permettant ainsi une interaction avec le client tout en collectant ses informations personnelles. Zadig & Voltaire utilise une borne musicale pour offrir sa playlist (périodiquement renouvelée) en téléchargement gratuit.

 

Un back-office potentialisé.

La digitalisation des magasins n’est pas uniquement un avantage pour les clients. Elle l’est également pour les enseignes et leurs équipes. Les commerces connectés sont une mine d’informations et une source de productivité pour les marques. Temps moyen passé à regarder les vitrines, représentation globale des ventes par magasin et par vendeur, étude des flux de visites, inventaire optimisé grâce à la RFID ; autant d’outils de performance à exploiter.

 

Le web-analytique appliqué au magasin physique.

Aujourd’hui le client peut être « suivi » comme il l’est sur les sites de e-commerce. Des plateformes de tracking transmettent des données aux magasins sur le nombre de personnes entrant dans la boutique, le mode de gestion des files d’attente, l’utilisation du marketing mobile, la potentialisation de la circulation des clients en magasin, le comportement des clients. Ceci peut être fort utile lorsque que l’on sait que seulement la moitié des commerçants savent réellement qui sont leurs meilleurs clients ! (source : Salesforce – janvier 2016).

Sachant qu’1 client sur 4 trouve la réalité virtuelle très utile avant de faire ses achats (source : étude LSA/Toluna – avril 2016), on comprendra aisément que les commerces connectés font partie intégrante de la vie des consommateurs.

E-commerce et magasins physiques sont désormais étroitement liés ; ces derniers reprenant les codes du e-commerce pour avoir une meilleure vision de sa clientèle via la data.